Perpétuité requise contre Pinar Selek après quatre acquittements

Après 19 ans de procédure et 4 acquittements, la plus haute juridiction turque a requis jeudi la perpétuité contre Pinar Selek, sociologue exilée en France, qui a passé quatre ans à Strasbourg où elle est soutenue par l’université, où elle a enseigné, et par la ville.

Le 28/01/2017 14:49 par Anne-Camille Beckelynck , actualisé le 29/01/2017 à 06:44 Vu 5922 fois
Pinar Selek, lors d’un rassemblement de solidarité à l’université de Strasbourg en 2013. PHOTO archives DNA - Laurent REAhttp://www.lalsace.fr/actualite/2017/01/28/perpetuite-requise-contre-pinar-selek-apres-quatre-acquittements
Pinar Selek, lors d’un rassemblement de solidarité à l’université de Strasbourg en 2013. PHOTO archives DNA – Laurent REA

 

Deux ans après le quatrième acquittement de Pinar Selek, le 19 décembre 2014, le procureur de la Cour de cassation turque a requis contre elle jeudi la perpétuité. C’était la peine demandée par le parquet lors de ce dernier procès à Istanbul, raison pour laquelle il avait fait appel de l’acquittement.

Pinar Selek est poursuivie depuis juillet 1998, arrêtée dans le cadre d’une recherche sur des militants kurdes: la sociologue turque, alors âgée de 27 ans, travaillait alors notamment sur la communauté kurde, sur fond de conflit sanglant entre Ankara et le PKK. Six semaines après son arrestations, elle était informée qu’elle était accusée d’avoir commis un attentat: une explosion sur le marché aux épices d’Istanbul qui avait fait 7 morts et 121 blessés.

Depuis, ses avocats (une centaine, tous pro-bono, comme c’est souvent le cas pour les procès dits « politiques » en Turquie) s’attachent à plaider que le drame était dû à l’explosion de bouteilles de gaz, et non à un attentat, et que des preuves contre Pinar Selek ont été fabriquées.

La jeune femme avait d’ailleurs été libérée faute de preuves suffisantes en décembre 2000, après deux ans et demi de prison.

«Je suis épuisée»

Six ans plus tard, en 2006, elle était acquittée une première fois, décision cassée un an plus tard après appel. Même scénario en 2008-2009, puis en 2011-2012. Après ces trois acquittements cassés, Pinar Selek est condamnée à la perpétuité en janvier 2013, décision annulée 18 mois plus tard.

Et le 19 décembre 2014, dans un Palais de justice d’Istanbul entouré de manifestants suite à l’arrestation de journalistes (l’ambiance en Turquie commençait déjà à être très électrique), le tribunal a acquitté Pinar Selek pour la quatrième fois. Le nouvel appel du parquet a envoyé l’affaire devant la plus haute juridiction du pays. Après les réqusitions du procureur jeudi, celle-ci pourrait encore mettre plusieurs mois pour se prononcer. 19 ans après les premières charges, on n’est plus à ça près…

Mais Pinar Selek, elle, est « épuisée », nous a-t-elle dit hier au téléphone. La sociologue, qui garde des liens très forts avec Strasbourg, enseigne à l’Institut d’études politiques de Nice depuis l’an dernier.

Si la décision de la haute cour lui est défavorable, son ultime recours sera la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg. Elle pourra y faire valoir ses arguments pour procès inéquitable, et pour la durée abusive de la procédure judiciaire qui la tient en exil depuis de nombreuses années.

Anne-Camille Beckelynck