Après les résultats des élections législatives en Turquie : Pourquoi parlons-nous d’un tournant ?

Les élections du 7 juin ont constitué un tournant dans l’histoire politique en Turquie. Pour quelles raisons ? Afin de développer une réflexion juste sur ce contexte complexe, nous avons besoin au préalable de cesser de nous focaliser sur la personnalité d’Erdogan, qui n’est qu’une des figures de la politique turque, nationaliste, militariste et autoritaire En savoir plus surAprès les résultats des élections législatives en Turquie : Pourquoi parlons-nous d’un tournant ?[…]

Un féminisme à la tête des luttes civiles

TURQUIE • Militante et sociologue, Pinar Selek raconte comment le féminisme turc a instauré un nouveau mode de contestation basé sur le refus de la violence, déterminant dans l’histoire turque. Elle est devenue sociologue parce qu’il faut «analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir». Pinar Selek se consacre à cette En savoir plus surUn féminisme à la tête des luttes civiles[…]

Génocide arménien : 100 ans après encore un tabou ?

INTERVIEW – La communauté arménienne s’apprête à commémorer les cent ans du génocide. Un drame omniprésent au sein de la société turque, comme en témoigne Pinar Selek, une sociologue exilée en France. « Etre arménien en Turquie, c’était déambuler sans révolte sur des avenues baptisées du nom de gouvernants responsables du génocide. » Pinar Selek n’a pas En savoir plus surGénocide arménien : 100 ans après encore un tabou ?[…]

« Il ne faut pas laisser cette lutte sur les seules épaules des Arméniens »

Reconnaissance du génocide. Avec « Parce qu’ils sont arméniens », Pinar Selek livre un témoignage personnel sur la situation de cette communauté en Turquie. Longtemps invisible, considérée comme étrangère. Est-ce la perspective du centenaire du génocide arménien qui vous a incité à dévoiler, avec ce livre, votre regard sur les Arméniens ? J’ai fait des En savoir plus sur« Il ne faut pas laisser cette lutte sur les seules épaules des Arméniens »[…]

L’entretien : Pinar Selek

« Etre arménien, en Turquie, c’était être invisible » Dans son dernier ouvrage, Parce qu’ils sonf arméniens (Liana Levi), la sociologue militante et romancière Pinar Selek interroge l’identité turque au prisme de I’« invisibilité » des Arméniens de Turquie et du déni, par l’Etat turc, de l’acte génocidaire de 1915. Un itinéraire intime, personnel et En savoir plus surL’entretien : Pinar Selek[…]

Génocide arménien, « le centenaire d’un négationnisme »

La sociologue turque Pinar Selek a publié cet hiver Parce qu’ils sont arméniens, qui interroge son propre rapport à la communauté arménienne et à son histoire. Rencontre avec une universitaire engagée qui décrit comment le négationnisme « construit la conscience et le regard non seulement des Turcs en général, mais aussi des contestataires et des Arméniens eux-mêmes ». C’était En savoir plus surGénocide arménien, « le centenaire d’un négationnisme »[…]

Parce qu’ils sont arméniens

Avril 2015 marquera le centenaire du génocide arménien. Une page noire de l’Histoire turque, toujours controversée, toujours taboue. Quel regard peut porter sur cette communauté et sur cet épisode une Turque née dans les années 70 ? Pinar Selek répond avec ce récit personnel et engagé, tissé de ses souvenirs, observations et rencontres. Avec elle, En savoir plus surParce qu’ils sont arméniens[…]

« Devenir homme en rampant » ! En Turquie et ailleurs

« L’ARMÉE vous protège », tel est le slogan le plus faux, le plus cynique et le plus mensonger de la propagande militaire. Les premières victimes des guerres, que sont les femmes et les enfants, démontrent tous les jours le contraire. Alors, quand les femmes s’expriment et disent leur vérité, leur parole est forte et En savoir plus sur« Devenir homme en rampant » ! En Turquie et ailleurs[…]

Pinar Selek « Même la gauche s’était habituée au génocide arménien »

Le 24 avril 1915, commençait le génocide des Arméniens. Près de deux millions de personnes périrent lors de ce que l’État turc considère toujours, cent ans plus tard, comme un « déplacement de population ». Un siècle s’est écoulé et les victimes ont tout simplement disparu de l’histoire collective. Sociologue engagée, Pinar Selek a pris la plume pour raconter, à travers En savoir plus surPinar Selek « Même la gauche s’était habituée au génocide arménien »[…]

Témoigner du drame des « invisibles »

Le 19 janvier 2007, en sortant des locaux d’Agos, le premier journal bilingue turco-arménien jamais fondé en Turquie, son directeur et fondateur Hrant Dink est assassiné de trois balles dans la tête. Un meurtre commandité par l’appareil d’Etat. Soucieux d’éliminer un opposant condamné six mois plus tôt pour « insulte à l’identité turque ». Quelques En savoir plus surTémoigner du drame des « invisibles »[…]





© copyright 2016  |   Site réalisé par cograph.eu